Les après-midi se traînent, interminables, mon ciel est à la peine. Ils se languissent du temps où le soleil éclate contre ta peau, quand les jours se finissent, un peu saouls, à trois heures du matin.

L'été, ici, n'arrive jamais - la ville est sale et assoupie. Il se débat contre les dernières averses et tous les gens qui pleurent et halètent, il est mis au monde sur les bords de Seine.

Il pleut sur les ponts et Paris.

Commentaires

Articles les plus consultés